BELUG’AOTEAROA : L’AMÉNAGEMENT

Alors attention on ouvre le chapitre « Maison » :

Au commencement on pensait régler l’affaire en deux semaines. Et oui, vu de France les annonces pullulaient et à des prix de plus en plus intéressants. C’est donc avec confiance que l’on arrive à Auckland, déjà un rdv van en poche. Un van trop canon : Y’avait des carottes dessinées dessus !! Mais elles n’étaient pas là par hasard, -les carottes sont cuites !- selon l’Homme, elles camouflaient pas mal de corrosion. Heureusement qu’il est là, parce que les carottes, moi je craque ! Il est rouillé, (pas l’Homme, le van … ) il n’est pas self contained, il coûte cher, il n’est pas bien aménagé, et alors yaaaa des carooooooottes dessus !!

10 jours plus tard rdv pour un van rallongé, rehaussé et bien équipé. 12 jours plus tard toujours SDF!  Le Rdv ne fut pas concluant. Pendant un mois nous avons épluché toutes les offres (pas les carottes !). Il y avait toujours un problème. Il y a pas mal de poubelles déguisées en « Surpervan ». Des annonces comme «  + de 300 000 KM au compteur mais le moteur est neuf, on vient de le changer » ou encore  « Le joint de culasse nous a lâché il y a 1 000 KM mais on est allé chez le mécano du coin donc le moteur est comme neuf »….

Certains achètent leur van sur Trade me ou Facebook, nous ce n’était pas loin de se faire au rayon fromage du supermarché ! Les meilleurs plans c’est les rencontres inopinées et ça c’est joué à pas grand-chose (à 250 000KM en trop au compteur).

Notre Mister cheese nous a bien fait rire au rayon brie, en se rendant compte du bonheur qu’il procurerait à sa femme, s’il faisait du vide dans le garage. Grand moment ! En plus son van était rouge, ce qui a failli faire flancher l’Homme, entre les carottes et le rouge, nos critères ne sont pas toujours hyper rationnels.

Du coup changement de stratégie : le van idéal n’est pas sur le marché,il ne nous reste plus qu’a le créer ! C’est parti on vous dévoile tout !

Etape 1, trouver le van : Se  fixer quelques critères pour faire un choix raisonné: le prix (critère non respecté, on a craqué !), le nombre de kilomètres, la dimension «high roof minimum», l’âge….

Au bout de 4 jours de recherches intenses, de rdv, d’essais, d’aller-retours, il nous reste le choix entre un van hors budget et un van dans notre budget… mais qui laisse passer la pluie, avec une courroie accessoire qui siffle, une lampe sur le tableau de bord HS, seulement 4 vitesses sur la boite automatique et 200 000Km.  La décision est prise ! on ne va pas se faire chi*r s’enquiquiner : Explosons notre porte-monnaie !! Et quitte à choisir le confort on va y rajouter :  frigo, chauffage, déshumidificateur, panneau solaire, batterie auxiliaire, surfboard, combi, cannes à pêche…

Modèle : Nissan Caravan, 2008, 157 000KM. On vous présente « Aotearoa » ou « Beluga A300 600ST » ça dépend qui le nomme. Aotearoa est le nom maorie pour la Nouvelle-Zélande, qui signifie « le Pays du long nuage blanc », poétique hein !? « Beluga A300-600ST » est le nom de l’avion transporteur d’Airbus blablabla barbant hein ? Choisissez votre camp 🙂Pour mettre tout le monde d’accord, notre van ressemble autant à un long nuage blanc qu’à un avion massif et difforme !

Concernant la partie « aménagement » on opte pour la solution des wwoofings : du temps, des outils des conseils ; il n’y a pas meilleur cocktail. Enfin si, il y a « Jasmine » (voir l’article précédent!). On vous souhaite à tous de rencontrer votre Jasmine, la nôtre nous a été d’une aide épatante.

 Etape 2, faire les plans :

On a fait carburer les méninges. L’Homme ne compte plus les nuits blanches passées à imaginer l’intérieur du van. Tout part de là :

 Voilà c’est l’idée, contactez moi en privé pour la recette de la quiche lorraine améliorée

Une journée pour prendre toutes les mesures, de la tôle au plafond : ses mensurations sont parfaites ! Puis il nous reste plus qu’à… penser à TOUT pour construire le van parfait ! Pour l’aménagement intérieur nos exigences étaient les suivantes :

  • Avoir assez d’espace pour manger et vivre à l’intérieur les jours de pluie, froid, invasion de moustiques…
  • Dormir dans un grand lit
  • Avoir des rangements rapidement accessibles, pour nos vêtements, la vaisselle, la bouffe et les produits de salle de bain.
  • Avoir un frigo. (Une bière se boit fraîche !!)
  • Établir une installation électrique automne. L’idée étant de ne pas utiliser le moteur et la batterie de la voiture pour le frigo.
  • Trouver une place pour les planches de surf et la canne à pêche du pêcheur Pro
  • Que tout ce petit monde (vaisselle, nourriture, nécessaire de toilette, vêtements, meubles, planches….) soit bien ordonné. Il ne faut pas tout envoyer valser au premier coup de frein.
  • Etre « self-contained », ce qui impose d’avoir un évier, deux gros bidons pour l’eau potable et l’eau usée et un toilette chimique qu’ il faut pouvoir utiliser à l’intérieur du van, le lit déplié.
  • Ne pas obstruer de fenêtres. Avoir une chambre avec vue à 360°, c’est un sacré objectif de vie.
  • Essayer de faire un intérieur propre et à notre goût.
  • Garder la hauteur sous plafond. Oui monsieur!
  • Pouvoir utiliser le rétroviseur intérieur. Safety first!
  • Lutter contre le froid.
  • Accéder très facilement aux réservoirs d’eau sans avoir besoin de traverser tout le van.
  • Prévoir l’accessibilité immédiate de la table et chaises camping en ouvrant le coffre (vite, vite, les bières vont se réchauffer !)
  • Aménager une cuisine intérieure et extérieure !

J’en passe et des meilleures. ET TOUT ça doit rentrer là dedans :

 

Cela vous donne une idée du casse-tête !! Du coup, on vous présente les différentes phases qui nous ont permis d’atteindre nos objectifs …

Etape 3, isoler le van :

Isolation sol : pose de plaque contre-plaqué, pour ne pas avoir froid aux pieds

« Surtout de ne pas le lâcher d’une semelle, à tout moment je vais me retrouver avec un avion transporteur en guise de van ! » 

Isolation côté : Retirer les protections pour remplir l’espace de polyester et de mousse expansive. Après les 24H de séchage on se rend compte que le produit isolant, consciencieusement acheté non toxique pour nos poumons et pour notre planète, s’effrite et s’envole ! Du coup on repart à zéro on aspire tout ça, finition à l’éponge, puis on met une bonne couche d’une mousse expansive, bien polluante, bien efficace ! Concernant les fenêtres nous avons décidé de ne pas les condamner. Nous préférons pouvoir profiter de la vue à tout moment!!

 Isolation du toit : L’isolant spécial campervan est d’une efficacité redoutable. (On a mis deux couches, je suis frileuse !). Isolation au top!

Etape 4, construire des meubles :

Trois Problématiques se sont posées : l’optimisation de l’espace, l’équilibre du van et faire un intérieur canon!

En clair, grappiller le plus d’espace de rangements possible (comme élever le lit) et ne pas construire tous les meubles du même côté pour pouvoir repartir les charges. (Trouver un espace pour la batterie de 32 kilos opposé au réservoir d’eau de 24 L, histoire de ne pas se retrouver sur deux roues au premier virage !)

Pour le coté design nous avons opté pour l’utilisation de palettes. Parce que ça en jette, ça fait faire des économies et c’est hyper tendance =)

Chambre à coucher : L’Homme se  plie en quatre pour nous faire une structure de lit en trois parties. Après l’étape ponçage et peinture, les parties sont assemblées entre elles, collées et visées! C’est du solide. La structure du lit se compose donc de trois banquettes, en forme de U, et d’une table interchangeable.

La table-sommier : c’est l’affaire de cinq planches de palettes, les plus robustes, une nouvelle fois, colle-visses-clous.

Les sommiers, sont vissés d’un côté et se lèvent par le haut pour accéder à nos affaires soigneusement rangées.

Pour finir on achète le plus épais des matelas chez Para Rubber et on le fait découper sur mesure.

En 4 s’il vous plait !

Cuisine : Meuble sur mesure pour l’emplacement du frigo et des bidons d’eau, accessible depuis l’extérieur pour faciliter le vidage-remplissage, meuble du milieu pour la vaisselle et la nourriture.

Dressing : L’espace est suffisant pour y glisser tous nos vêtements, et y installer la partie électrique.

Salle de bain : Tiroir sur le côté facilement accessible, avec petite sécurité tasseau pour empêcher une ouverture inopinée en descente!

Placard de toit ; Indispensable pour caler les planches de surf et ranger, ranger, ranger.

Le gros  + : un rangement top secret (chuuuut) pour planquer pc et passeport lors des longs treks

Etape 5, certification self-contained : Comment faire simple quand on peut faire compliqué ! Un véhicule self-contained (SC) doit être équipé d’un système permettant de stocker l’eau potable (24l minimum pour deux) et gérer les eaux usées ainsi qu’un toilette chimique accessible et utilisable lorsque le lit est en place. Le petit autocollant une fois obtenu permet de dormir dans un nombre plus important de lieux souvent gratuits dans tout le pays.

Les conditions de la certification, une fois comprises, sont relativement simples,  mais le seul décryptage de toutes les restrictions et leur concrétisation nous ont demandé  deux jours. Notre cœur a failli nous lâcher quand une fois tout terminé, un petit astérisque, nous a alerté sur la taille de l’évier….il doit être possible d’y faire entrer une grande assiette (RAF, on leur expliquera qu’on a des origines thaïlandaises et qu’on mange seulement dans des bols !)

Merci à Paul et Anne nos redoutables inspecteurs Self Contained

Etape 5, BIS: Bon il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis  et au risque de vous surprendre nous n’avons aucune origine thaïlandaise, donc nous avons fini par changer notre évier. A l’usage il s’est avéré être une mauvaise option de le vouloir aussi petit que possible. Faute de place dans notre évier, on se retrouvait dehors, souvent en galère avec une bassine. Bien que pas du tout actif sur le camp concernant la vaisselle, (il n’y fout pas une phalange), l’Homme s’est senti très concerné. On a donc investi dans un évier plus grand pour le bonheur de la ménagère (#Extase)

Etape 6, autonomie électrique : On a fait les gourmands à ce niveau. Il vaut mieux trop que pas assez hein, puis on veut être mieux ici qu’en prison, (et mieux là que dehors) après la pluie le beau temps me direz-vous … On investit donc dans du costaud, un panneau solaire de 150 watts ainsi qu’une grosse batterie Deep Cycle 130Ah pour stocker l’énergie (oui c’est toujours Elo qui écrit)! C’est aussi l’étape où on a le plus transpiré ; faire des trous dans la tôle pour fixer le panneau solaire ça fout un peu la pression! Percer des trous, fixer le panneau, faire passer les câbles électriques, faire les joints, s’assurer de l’étanchéité… Grosse Journée! (une petite minute d’attention sur ce cadre de rêve et non photoshopé pour travailler!!)

Ensuite il a suffi de connecter, en parallèle (pour les puristes), la batterie auxiliaire à la batterie de la voiture afin que le moteur puisse recharger la deuxième batterie en cas de manque de soleil (sans oublier un switch entre les deux pour les désolidariser). Puis relier le panneau solaire à la deuxième batterie en passant par un régulateur de charge et quelques fusibles pour protéger le tout (Pff tellement simple !) Enfin, afin d’exploiter les 12v de la batterie nous utilisons un convertisseur 12V – 220V Pure Sine Wave, indispensable pour brancher les appareils électriques, PC, chargeur, appareil photo, frigo, téléphone, déshumidificateur…

 Etape 7, peaufiner :

Peindre, coudre, vernir, choisir une parure de draps canon, se fournir en vaisselle…. déléguer la séance couture des housses de matelas à nos supers mamans d’adoption. Et confectionner les rideaux. Le terme « peaufiner » semble inapproprié au vu de l’importance  qu’on leur accorde et du temps passé à les découper, coudre, fixer, velcroliser ; une merveille ces rideaux occultant, isolant, redoutablement efficaces. 

Sans oublier la mini session « scrapbooking »

 

Etape 8, (se) Chauffer : C’est la carte bleue la principale victime.

L’hiver approchant on s’est également payer le luxe de s’offrir un chauffage pour que les nuits soient moins difficiles à supporter, donc les réveils meilleurs et de ce fait les journées extraordinaires!!!

ALLER DANS L’ILE DU SUD EN PLEINE HIVER !!! SKIER EN AOUT !!! C’est tout un programme – et puis on peut se vanter d’être sûrement le seul Campervan de nouvelle Zélande avec un chauffage automne.

Etape 9, EN PROFITER

Etape la plus longue ! Et heureusement !!!!!!!!

Passés  experts dans la construction de véhicules autonomes on songe à une reconversion en France. On prend la route en quête de petit déjeuner au bord de lacs, étangs, rivières, mer, océan, de journée de rando-découvertes-surprises-aventures, de nuits étoilées et d’aurores australes!!

 

« Le jour où j’ai réussi à monter mon étagère Ikea je me suis demandée pourquoi Dieu avait inventé deux sexes »  … maintenant que j’aménage un van je comprends mieux :

  • Tu peux poncer, moi je vais transformer cette gamelle pour chien en lavabo
  • Tu n’as qu’à peindre pendant ce temps je vais confectionner la structure du lit
  • Ben lave le van tandis que je m’occupe de monter le circuit électrique
  • Tu peux regarder des recettes de gâteau sans four tandis que je vais installer le panneau solaire sur le toit
  • Tu n’as qu’à vernir la table, moi je m’occupe de l’isolation thermique et phonique du sol
  • Passe l’aspirateur, je vais percer la carrosserie pour le chauffage
  • Prépare l’apéro, je vais m’occuper de la version 2 de TON lavabo

Il y a deux sortes de gens quand tu construis un van, ceux qui servent à quelque chose, et ceux qui sont là pour faire joli ! Moi je suis là pour faire joli (or ce n’est pas gagné, vu l’humidité, je frise comme un mouton) :

Toutefois je pense avoir été une assistante exemplaire, lors des « Pascalite » aiguës de l’Homme, « maladie du bricoleur » qui consiste à tout perdre, toutes les deux secondes et dont le seul remède est de m’appeler  à l’aide : « trouve moi la perceuse, où est le mètre, va me chercher l’embout, où j’ai foutu le foret, tu peux me trouver le niveau, il est où ce morceau de palette,  Où «ON » a mis le marteau ? -Eeeeuh depuis quand il y a un « ON » avec ce marteau ?

Le bricolage, un vrai moment d’échange, de partage, d’Amour et de %£+°µ§/.?%¨£µ+°0&

Mettre les voiles ou allumer le moteur, l’idée reste la même ! 

Bilan chiffré:

Nombre de palettes : 9

Nombre de clous enlevés : 147

Nombre de plywood: 7

Nombre de clous enfoncés : 124

Nombre de pots de colle: 4

Nombre de vis enfoncées dans la table : 36

Nombre de jours (demi-journées) : 43

Nombre d’aller-retours à Mitre 10 ou Bunning (Alias Leroy Merlin) : 35

Nombre de « putain » : 467

Nombre de nuits blanches : 12

De soupirements : 9 876 540 986 453

D’oubli de Go Pro : tous ! On la mise seulement le premier jour

Nombre de bit sur « Trade me » : 6

Nombre de « keskeGbranléputain » : 93

Nombre de Wwoofing : 3

Nombre de couches de vernis : 2

Nombre de blessures de guerre : 10

Nombre de « ça c’est parfait » : 89

Nombre de « Bouge pas j’ai mon leatherman » : 50 PAR JOUR !!!

12 Commentaires

  1. Je rigole tout seul devant mon écran. Un grand bravo à tous les deux pour avoir construit ce petit palace sur roues.
    Bises
    Nico

    1. Je t’imagine très bien!!
      Merci pour le « petit palace » =)

  2. Elle m’ épate, elle m’épate, elle m’épate !
    Je savais ma fille capable de tout (….!!??..!), mais de là à aménager entièrement un van et tout construire du sol au plafond… Partir de la Tôle pour aboutir à un petit nid douillet, autonome, parfaitement bien pensé à tous les niveaux, pratiques:( placards, tiroir, cuisine, salle de bain, dressing, isolation…… etc …etc ….), Esthétique…. rideaux, couette, cousins et j’ en passe !! je lui découvre de vrais talents de bricolage, découpe de bois, ponçage, installations sanitaires, plomberie……………… je ne sais pas quoi dire…. je décèle, tous les jours, des qualités exceptionnelles chez elle ! D’ une détermination sans faille, elle n’ en abandonne pas pour autant son projet personnel : découverte du pays, rencontre de ses habitants, apprentissage de l’ anglais, petits boulots, surf, randos……. rien ne l’ arrète ! Alors je dis Bravo ma fille, je suis particulièrement fière de toi !!
    PS: Il semblerait qu’ elle se fasse dépanner, très ponctuellement, par un garçon qui s’ appelle Bernard ? Bertrand ? Be …. ? Je dirai Benoit, mais je n’ en suis pas très sure.

  3. Salut !
    Je viens de découvrir votre blog il est super !
    Je suis moi aussi en roadtrip en NZ pour 11 mois avec ma moitié alors forcément je m’intéresse à ce que vous avez fait avec votre van 🙂
    Je me demandais notamment quel déshumidificateur vous utilisez ? On a essayé un système non électrique (utilisant des cristaux) de chez wharehouse mais le résultat n’est clairement pas concluant 🙁

    1. Salut!
      Merci pour le compliment 🙂
      On a trouvé notre déshumidificateur dans un hopshop.
      C’est un modèle électrique du style « finether 500ml Mini Air ».
      Malheureusement ça ne fait pas de miracle, il est vraiment difficile d’éviter la condensation sur les carreaux (LE problème universel)!!
      Pour le moment notre meilleur allié reste la serviette éponge 🙂
      Si d’ici là on trouve mieux on te tiens au courant !!

  4. Je viens de découvrir ton blog et je suis émerveillé de ce que vous avez fait de ce van! Waooow! De plus je trouve que la manière dont tu racontes vos aventures est génial ! Almouniah

  5. Super retour d’expérience. Trois petites questions, combien avez vous acheter le van finalement et à combien de km au compteur, combien de temps au total pour l’aménager au total et combien l’avez vous revendu en partant. Je me demande encore si je dois le construire moi même ou l’acheter déjà fait, merci pour tout.

    1. Salut Yannick,
      On ne peut que te conseiller de construire toi même ton van, pour qu’il te corresponde au maximum. Après tout dépend de ton budget, ton temps et tes exigences. Nous on a passé un peu plus d’un mois pour qu’il soit self contained. On a acheté notre van vide 11 000$ , on n’est pas sûr de se rembourser entièrement au moment de la vente mais sachant qu’on en a déjà bien profiter, avec chauffage, frigo et bière fraiche ça n’a pas de prix!

  6. Tellement! Je me régale a lire vos textes. Je vais le montrer à Simon pour qu’on se casse nous aussi! Vous me manquez, ca me tarde de vous voir!

    1. Dépêchez-vous de vous ramener l’été arrive et le surf avec !!!!

  7. Hola !
    Superbe amenagement, on a achete un van nous aussi et on aimerait egalement acheter un panneau solaire, ce serait possible de vous contacter pour echanger la dessus ? Genre comment vous avez fait pour l’instaler alors que votre toit est plat et que vous n’avez pas mis de barre de toit ??
    Bon trip 🙂

    1. Salut Julien!
      Pas de soucis tu peux nous contacter directement sur notre page facebook https://www.facebook.com/VaVisVan/
      Ah le panneau solaire ….nous concernant c’était l’étape la plus angoissante de l’aménagement 🙂 !!!
      On a trouvé la solution à AA Solar and Sun Power au nord d’Auckland…contacte moi si besoin !!

Laisser un commentaire